Le site est en cours d’élaboration. La version que vous consultez n’est pas définitive.

Les fondements naturels et anthropiques

Les paysages et la géologie

Les paysages et la géologie : cartographie - Agence Folléa-Gautier © 2023

Deux volcans pour enfanter l’île

La Réunion est le sommet émergé d’un grand massif volcanique né au fond de l’océan, par 4500 m de profondeur, il y a plusieurs millions d’années. Après une activité volcanique sous-marine intense, elle émergea voici 2 à 3 millions d’années. La naissance de l’île est accompagnée de violentes éruptions phréato-magmatiques.

Les laves s’accumulent rapidement. Le Piton des Neiges devient alors un beau volcan en forme de bouclier. C’est à cette même époque que le Piton de la Fournaise, à son tour, a pu émerger.

Les deux volcans sont alors ensemble en activité, émettant des coulées de basalte. À plusieurs reprises, leurs sommets s’effondrent, entraînant la formation de caldeiras.

Au Piton des Neiges, la fréquence des éruptions diminue. Son magma, devenu plus riche en silicium et en gaz, engendre des éruptions explosives qui, si elles avaient lieu aujourd’hui, seraient catastrophiques. Une nouvelle caldeira se forme entre 220 000 et 150 000 ans. L’activité volcanique faiblissant, l’érosion commence à entailler le massif.

La dernière éruption identifiée au Piton des Neiges, dont on connaît des produits vers le Maïdo, date de 12 000 ans. Depuis, il est assoupi, entaillé par l’érosion, alors que le Piton de la Fournaise, lui, est toujours très actif. L’île représente désormais plus de 7000 m d’un « mille-feuille » de coulées basaltiques, empilées en large cône aplati dont le diamètre de base dépasse les 200 km.

Schémas d’explication de la formation de l’île (source : Maison du Volcan).
Les sommets Gros Morne (massif du piton des Neiges), ruines du volcan ancien.

L’île de La Réunion est toute entière fille de l’activité volcanique.

Elle a été « conçue » au fond de l’Océan Indien il y a 5 millions d’années, lorsqu’un point chaud a favorisé la remontée du magma de l’intérieur de la terre jusqu’au plancher océanique fracturé. L’activité volcanique sous-marine a peu à peu conduit à des empilements énormes de coulées de laves. Il y a 3 millions d’années, l’île est née réellement, lorsque l’empilement des laves a atteint la surface de l’océan. Elle s’est agrandie et a monté en altitude avec l’activité volcanique poursuivie à l’air libre par ce qui deviendra le « Piton des Neiges ».

Les ruines de cet ancien volcan culminent aujourd’hui à 3070 m d’altitude.

Le volcan fumant, pentes du Grand Brûlé, août 2009.

Il y a 1 million d’années, un deuxième volcan est né dans le flanc sud-est du Piton des Neiges et constitue aujourd’hui le Piton de la Fournaise, à 2 631 m d’altitude. Les deux volcans ont longtemps été actifs simultanément, jusqu’à ce que le Piton des Neiges s’endorme il y a 22 000 ans après d’ultimes éruptions violentes, à caractère explosif.

Les sources hydrothermales de Cilaos témoignent de ses entrailles encore chaudes, avec une température estimée à 200° C à 2 000 m de profondeur.

Le Piton de la Fournaise quant à lui poursuit le façonnage de l’île par ses éruptions ; il est même considéré comme un des volcans les plus actifs de la planète. Aujourd’hui, l’île émergée n’est finalement qu’une petite tête hors de l’eau : elle représente à peine 1/32e de la masse du volcan posée sur le plancher océanique. Mesuré depuis ce point, le volcan de La Réunion serait ainsi le plus grand du monde.

En termes de paysage, l’histoire géologique nous livre fondamentalement deux grands ensembles :

De la géologie aux aménagements : le basalte comme marqueur d’identité

Carte postale ancienne : “Laves et scories du Volcan”. © Archives départementales de La Réunion 5FI13/2
Paysage de lave dans l’Enclos.
Sculpture de basalte sur un rond-point de la RN3.
Murs de basalte sur la Route des Tamarins.

L’origine volcanique de l’île apparaît donc en première approche plutôt un facteur d’unité des paysages, qui fait le caractère général de l’île.

Les hommes jouent largement avec l’affichage de cette personnalité, au travers notamment des matériaux utilisés dans les aménagements, où le basalte sombre est roi, dans les murs des bâtiments anciens, dans les anciennes cheminées d’usines, dans les chaînages d’angle, dans les « murets créoles » et les murs de soutènement, dans les pavés, les dalles et les scories au sol, voire dans la sculpture. Incontestablement, le basalte, avec ses tonalités sombres et denses, contribue ainsi à dessiner le cœur de la personnalité des paysages Réunionnais. (Cela rend d’autant plus problématique l’usage de matériaux industrialisés, facteur de banalisation : parpaings notamment pour les murs).

Toutefois, au-delà de cette unité d’ensemble, deux phénomènes liés à la géologie viennent contribuer à diversifier les paysages :

Les roches géologiques et les variations de paysages

Rencontre des blocs de basalte, des blocs coralliens et des sables qui en sont issus ; ici à Grande Anse.
Érosion du basalte par la mer (Vincendo).
Route d’accès à L’Entre-Deux.
Les falaises de la Montagne, montrant l’empilement de couches hétérogènes de basalte, massives et scoriacées. Viaduc de la route du Littoral, 2022 (Observatoire photographique des paysages).

Les roches issues des volcans prennent des natures variées qui contribuent à diversifier les paysages. Sans rentrer dans le détail minéralogique de la composition des basaltes, l’œil même profane distingue sur les parois des remparts des couches de nature variable, où alternent des basaltes massifs et des scories friables. Cet empilement hétérogène crée une instabilité générale du socle géologique, particulièrement sensible au jeu des failles et à l’érosion pluviale.

Les vertigineux paysages des cirques et des grandes ravines viennent de cette instabilité géologique. Du haut du Maïdo, de la Roche Ecrite et des Makes, ce sont des ruines en quelque sorte vivantes que l’on admire.

La rivière des Galets et son lit de galets à sec, vue depuis le pont de l’axe mixte.
Les entailles des rivières Langevin et des Remparts, dans les pentes du Sud.
Cette érosion puissante provoque des formations superficielles et des dépôts alluviaux qui vont s’accumuler en cônes de déjection à l’exutoire des ravines : la plaine du Port ou plaine des Galets à la sortie de Mafate, la plaine de Saint-André ou plaine de Champ Borne à l’exutoire de Salazie et celle du Gol ou de Saint-Louis/Saint-Pierre en sortie de Cilaos, sont les principales de l’île, auxquelles on peut ajouter les plaines de Saint-Denis/Sainte-Marie. Engraissées à leur base par ces dépôts alluviaux, les pentes de l’île, globalement régulièrement inclinées de 6 à 8°, s’adoucissent enfin au contact avec l’océan et rendent plus facile le développement de l’urbanisation comme le passage des infrastructures.
La plage corallienne de Trou d’eau et la pointe basaltique de Trois-Bassins.

Aux dépôts alluviaux s’ajoutent les dépôts marins, encore modestes étant donnée la jeunesse géologique de l’île, mais décisifs pour l’attractivité de ses paysages. Sur l’Ouest à la fois plus abrité et plus ensoleillé, un récif frangeant a commencé à se former au cours du Pléistocène, et plus précisément depuis 8 500 ans, à une vitesse moyenne de croissance verticale de 0,4 cm/an. Il a contribué à créer un « lagon » (terme abusif pour les spécialistes, car un lagon est l’espace marin situé entre la terre et un récif barrière, or le récif de La Saline / l’Hermitage est un récif frangeant) et des plages de sable corallien blanc. Sur 16 kilomètres, entre la Pointe de Trois-Bassins à la Pointe Barre à Mine (Saint-Paul) s’étend la zone principale des plages coralliennes de La Réunion avec un continuum sableux partant de Trois-Bassins jusqu’à Boucan Canot. Le massif du Cap La Houssaye fixe la limite Nord de ces plages.

L’ensemble enrichit la palette des paysages de l’île et rend possible les loisirs et le tourisme balnéaire, complémentaires aux activités liées à la montagne.

L’étang du Gol.

À la rencontre des dépôts fluviaux et des dépôts marins, des étangs aujourd’hui résiduels et fragiles se forment : la houle entretient un cordon littoral qui contrarie l’écoulement des eaux des pentes vers l’océan : elles s’accumulent alors sur les plaines littorales alluviales jusqu’à former des étangs : l’étang Saint-Paul dans la baie de Saint-Paul, l’étang du Gol dans la plaine du même nom, l’étang de Bois-Rouge dans la plaine de Saint-André. Rares dans l’île, plutôt discrets, ces zones humides enrichissent précieusement la diversité des milieux et des paysages de l’île.

Enfin quelques curiosités géologiques enrichissent encore les paysages de l’île, formant des sites particuliers là encore précieux :

Sables noirs aux reflets verts de la plage de l’Etang-Salé-les-Bains.
Les « collines » du Cap La Houssaye, de part et d’autre du petit bras Canot, vues depuis la route des Tamarins.
Orgues basaltiques sur les flancs d’un rempart du cirque de Salazie.
Orgues basaltiques au Bassin La Paix.
Lave cordée dans l’Enclos Fouqué (Photo : Jean de Tombeur).
Lave de la coulée 2007, dans le Grand-Brûlé.
Lave en coulée épaisse, figée dans l’Enclos au pied du cône du Piton de la Fournaise.
Comment sourcer l’Atlas ?
© Atlas des paysages de La Réunion – DEAL Réunion – Agence Folléa-Gautier – 2023
Copier dans le presse-papier

Enjeux de valorisation / préservation

Enjeux de réhabilitation / création

Protections

Connaissance

Structures paysagères